Édition • Oustau

FRÉDÉRIC MISTRAL, Calendal

Calendau

Couverture du Calendal de F. MistralCalendau, la deuxième épopée de Frédéric Mistral, parue en 1867, a une place originale, et souvent méconnue, dans l’histoire de la littérature d’Oc. Son ambition – embrasser une large amplitude historique et géographique – implique un personnage principal tributaire à la fois des grandes traditions épiques et des réalités contemporaines du xixe siècle. Parcourir la mémoire, parcourir le pays : les deux desseins se superposent, s’entrecroisent, selon une texture qui mérite d’être perçue et appréciée, dans le cadre d’une valorisation de la parole poétique d’Oc. Présentation Claude Mauron, agrégé de lettres, professeur à l'Université d'Aix-Marseille, membre du Comité d'Administration du Museon Arlaten (Arles), ancien vice-président du jury du CAPES d'Occitan-langue d'Oc, est l'auteur d'une thèse de doctorat d'État (Paris-Sorbonne, 1988) sur La création poétique de Frédéric Mistral : l'exemple de « Nerto », et d'une biographie de Frédéric Mistral (éd. Fayard, Paris, 1993 ).

Format 14,5 x 20 cm, 2017, à paraître

FRÉDÉRIC MISTRAL, Lou Pouèmo dóu Rose
Le Poème du Rhône

Couverture du livre Le Poème du Rhône Si Mirèio est l’œuvre de Frédéric Mistral la plus connue du grand public, Lou Pouèmo dóu Rose, dernier volet épique de sa grande fresque de la civilisation provençale, est souvent considéré comme son chef-d’œuvre majeur, voire une œuvre testamentaire dans laquelle il déclarait avoir fait sa « profession de foi ».
Le Rhône a toujours occupé une place privilégiée dans l’imaginaire poétique de Mistral. Il le fascinait dans son enfance, ainsi qu’il le confia dans ses Memòri e raconte en 1906, et cette fascination ne le quitta jamais. Omniprésent dans Mirèio, ce fleuve qui donne son nom à la langue à laquelle il a consacré sa vie – le provençal rhodanien, apparaît dans ses discours et ses articles, dans ses mémoires, dans toute son œuvre poétique, comme le symbole de l’essence même et de l’esprit de sa Provence.
Céline Magrini-Romagnoli, auteur, conférencière, docteur ès-lettres, a enseigné la littérature à l’Université de Provence pendant plusieurs années. Elle a soutenu en 2000 une thèse sur La création et le développement d’une image littéraire : Le Rhône dans la littérature française et provençale des XIXe et XXe siècles.

La présente édition
Le Poème du Rhône est paru en 1896, dans la Nouvelle Revue dirigée par Juliette Adam, puis chez l’éditeur Lemerre en 1897. L’édition de ce printemps 2015, sous l’enseigne A l’asard Bautezar !, s’inscrit dans la réédition des œuvres complètes de Frédéric Mistral, après les parutions de Mirèio et La taulo e l’oustau aux éditions Librairie Contemporaine.
La présentation de Céline Magrini-Romagnoli, auteur d’une thèse remarquable sur la présence du Rhône dans la littérature, redéfinit la dimension onirique du fleuve dans la rêverie mistralienne. Un florilège d’illustrations, tel un carnet de voyage, évoque les paysages du « Grand Rhône » et l’histoire de l’ancienne batellerie.
Format 14,5 x 20 cm, 2015, 400 p., avec illustrations. 23 €

FRÉDÉRIC MISTRAL, Mireille
Mirèio

Couverture du livre Mireille de F. Mistral
Format 14,5 x 20 cm, 2008, 464 p., avec illustrations. 19 €

FRÉDÉRIC MISTRAL, Contes gourmands
La taulo e l'oustau

Couverture du livre Contes gourmands de F. Mistral
Format 14,5 x 20 cm, 2007, 288 p., 21 €

FRANÇOIS JOUVE, Le Pape des Boulangers
Lou Papo di Fournié

À paraître

Couverture du livre Le pape des Boulangers de F. Jouve
Format 14,5 x 20 cm, 2018

HENRIETTE DIBON, Ratis
récits

Couverture du livre Ratis En ce mois de mai 1939, mon état d’esprit – et celui de la plupart de mes amis et camarades – était le résultat de plus de quinze ans de pèlerinages à demi chrétiens, à demi païens, des pèlerinages d’une foi sauvage, qui s’étendaient depuis bien avant et jusque bien après les cérémonies et les festivités. C’étaient des jours pendant lesquels nous vivions à la fois comme des pèlerins, comme des pêcheurs et comme des gardians. (...) Comme les artistes du Moyen-Age, avec la même tendresse et la même humilité, j’ai, une fois dans ma vie, élevé ma Pieta et je l’ai peinte avec des mots dans la langue de mon pays. (...) Le thème majeur de Ratis, le thème essentiel qui les domine tous, c’est celui de la pauvreté, de la solitude et du renoncement.
Farfantello, « Genèse de Ratis ».

Née le 8 août 1902 à Avignon (où elle devait mourir le 9 septembre 1989), Henriette Dibon – qui exerça les professions de comptable, journaliste, secrétaire-archiviste – se passionna, dès sa vingtième année, pour la Camargue et les lettres provençales. En littérature Farfantello, elle publia d’abord trois recueils de poèmes : en 1925 Li Mirage (« Les Mirages »), en 1931 Lou rebat d’un sounge (« Le reflet d’un songe ») et en 1934, avec préface de Joseph d’Arbaud, Li Lambrusco (« Les Lambrusques »). Ils furent suivis, bien plus tard, en 1973, par Lou Radèu (« Le Radeau »), avec préface de Louis Brauquier, puis, en 1988 par Camargo (« Camargue »). On lui doit aussi un ensemble de poèmes français intitulé Les grands compagnons, une biographie de Folco de Baroncelli (1982), le volume La pouso-raco (1985) qui associe nouvelles et souvenirs en provençal, et les écrits autobiographiques, en français, de La rentrée des classes (1987). Le « récit » en prose Ratis – nom antique des Saintes-Maries-de-la-Mer – constitue indéniablement son chef-d’œuvre, et l’un des textes majeurs de la littérature provençale moderne.
Claude Mauron, professeur à l’Université d’Aix-Marseille

Texte provençal et traduction française, édition augmentée de la Preguiero de Saro / Prière de Sarah, et du témoignage de l’auteur sur la « Genèse de Ratis ». Présentation de Claude Mauron.
Format 14,5 x 20 cm, 2016,192 p., avec illustrations, 17 €

CHARLOUN RIEU, Au moulin d'òli - La Ceinture d'Orion

Couverture du livre Au moulin d'oliCes récits (raconte) publiés dans le journal L’Aiòli, témoignent de la vie rurale en Provence. La prose de Charloun enchante autant par l’écriture des scènes du quotidien (vido vidanto) que par l’allégresse d’une langue qui nous convie inexorablement : « sur de grands chemins, à la clarté des étoiles, vers la moisson qui nous attendait ».
Originaire du Paradou, village situé sur le versant sud des Alpilles, Charles Rieu (1846-1924) dit Charloun, écrivain provençal, a composé de nombreuses chansons réunies sous le titre Li Cant dóu Terraire (Les Chants du Terroir). Il est également l’auteur d’une traduction de l’Odyssée d’Homère et d’un drame, en quatre actes et en vers provençaux, intitulé Margarido dóu Destet.
Format 14,5 x 20 cm, 2017, 112 p., 13 €

FRANÇOIS JOUVE, La Boule-aux-rats
La Boulo di gàrri

À paraître

Couverture du livre La Boule-aux-rats

Format 14,5 x 20 cm, 2018

GALTIER CHARLES, Un vin qui fait danser les chèvres
Un vin que fai dansa li cabro

Couverture du livre Un vin qui fait danser les chèvres

Format 14,5 x 20 cm, 2003, 200 p., 20 €

PAUL PIERRE, Pichot Tresor de Cupidoun
Vocabulaire amoureux

Couverture du livre Pichot Tresor de Cupidoun

Format

NICOLAS SABOLY, Recueil des Noëls Provençaux
Œuvres complètes

Couverture du livre SabolyLa pérennité des noëls provençaux de Nicolas Saboly est, pour les Provençaux, un fait si naturel qu’ils risquent d’en oublier l’aspect miraculeux : est-il d’autres textes qui, quatre siècles après la naissance de leur auteur, figurent toujours en bonne place dans la mémoire populaire ? Sitôt que la période calendale revient, et invite à les chanter, devant la crèche familiale ou à l’église, ils ressurgissent avec leur étonnante fraîcheur. Dans cette longévité, la transmission orale, familiale et amicale, a toujours constitué un facteur déterminant, avec toute la richesse humaine qu’elle implique, et l’on ne peut que souhaiter, naturellement, qu’il en aille encore longtemps ainsi.(...)
L’apport le plus immédiat, déterminant, de la présente publication est de permettre une compréhension intégrale et exacte des textes eux-mêmes. À partir d’une approche rigoureuse fondée sur les seules éditions parues du vivant de Saboly ou peu après sa mort, en se référant aux textes provençaux de la même époque comme aux dictionnaires, français par force, du Grand Siècle, en intégrant les travaux des grammairiens actuels sur la langue classique, Henri Moucadel, comme l’on rend leur éclat à des toiles de maître, a restitué à une infinité de passages leur sens originel, trop souvent affadi par l’érosion des termes ou la désuétude des expressions.
Claude MAURON (extrait de l’avant-propos)

Pour le 400e anniversaire de la naissance de Nicolas Saboly les éditions A l’asard Bautezar ! publient les œuvres complètes du noëliste comtadin.
Depuis sa mort, les Noëls de Nicolas Saboly (1614-1675) ont été réédités maintes et maintes fois jusqu’à nos jours, preuve de la grande popularité dont il jouit. Cependant ces rééditions, complètes ou partielles, sont généralement fautives, par omissions, déformations, ou ajouts inconsidérés. En outre, elles ne proposent pratiquement jamais de traduction, encore moins de notes sur la vie locale et nationale au XVIIe siècle, susceptibles de fournir des clés de lecture. Notre publication s’attache précisément à donner les textes de Saboly dans leur graphie d’origine, avec une traduction justifiée et des notes éclairant les subtilités du texte, aussi bien du point de vue religieux, politique, que social. Outre les Noëls, on y trouvera un pamphlet de notre auteur (signé Ylobas), de plus de 500 vers, sur les événements liés à l’annexion d’Avignon et du Comté Venaissin par Louis XIV, en 1663. Ce texte, qui n’a jamais été publié dans son intégralité, ni traduit, ni annoté, peut être considéré comme le coup d’essai poétique de Saboly, puisqu’il fut rédigé pratiquement au moment où il composa ses premiers Noëls…
Henri Moucadel, de Maillane, docteur ès lettres, a enseigné la langue, la littérature, l’histoire et la civilisation provençales aux Universités d’Avignon et d’Aix-Marseille. Auteur de différents articles et ouvrages sur les noëls provençaux, les œuvres de Mistral, l’histoire locale, il est en outre un spécialiste du XVIIe siècle et de la vie religieuse en Provence. Il était donc le plus à même de réaliser cette édition complète des œuvres de Nicolas Saboly.

... on ne peut que remercier l'éditeur scientifique grâce à qui un grand poète
peut enfin être lu en confiance. Un livre remarquablement agréable à lire, manier et consulter.
Un livre qui honore les études modernes provençales, et donc d'oc. »

Jean-François Courouau, Revue des Langues Romanes, tome CXX, année 2016, n°2, 2016.

Format 18 x 24 cm, 2014, 448 p., 39 €

JACQUES BONNADIER, Petit traité amoureux de l'Aïoli

Couverture du livre Petit traité amoureux de l'AïoliCe Petit traité amoureux vous raconte l’essentiel de l’histoire de l’aïoli, de l’apparition du mot et des origines de la chose jusqu’à nos jours ; il évoque les usages qu’en font les Méridionaux de France et leurs variantes dans d’autres pays de la Méditerranée. Au centre du livre, l’essentiel : “la pommade à ma façon” et la recette “heure par heure” du “grand aïoli”, complétée de celle de la bourride. Et puis, ce qu’il faut savoir sur la manière de relever un aïoli tombé, de faire un aïoli sans œufs, de se débarrasser de l’odeur d’ail de votre haleine, ainsi que les réponses à la question cruciale : “Que boire avec” ? Un petit couplet sur l’aïoli, aliment-santé, complète l’ensemble, suivi de deux ou trois anecdotes savoureuses sur les bienfaits parfois surprenants de ce mets décidément incomparable. L’anthologie aïolique qui clôt l’ouvrage réunit quelques textes d’auteurs - romanciers, poètes, chansonniers - d’hier et d’aujourd’hui. De quoi vous apporter à la fois amusement et réflexion… et faire de vous, si vous ne l’êtes déjà, d’authentiques “amoureux” de l’aïoli.
Jacques Bonnadier, journaliste à Marseille depuis 1960, est l’auteur d’une dizaine de livres sur Marseille et la Provence, et notamment d’une “Cantate de l’huile d’olive” (Éd. A. Barthélemy, 1989).
Format 14,5 x 20 cm, 2015, 112 p., 12 €

FRÉDÉRIC MISTRAL

Calendau
Calendal

Marque-page du livre Calendau de Frédéric Mistral

PARUTION EN 2017

dessin étoile